Ready player one – Ernest Cline [LE LIVRE & LE FILM]

Ready player one se passe dans un futur qu’on pourrait qualifier de post-apocalyptique ou en tout cas assez chaotique. Le chômage y est élevé, les inégalités riches/pauvres semblent avoir explosé (aucune date n’est vraiment donnée, à l’inverse du film dont je parlerais après).

Le monde réel a été remplacé par un monde virtuel appelé l’OASIS. Il s’agit si on veut d’un grand  MMORPG (Massive Multiplayer Online Role Playing Game, ex : world of warcraft) se jouant avec un équipement VR (les joueurs portent des gants et parfois également des combinaisons afin de ressentir ce que leur personnage dans le jeu ressent).

L’OASIS a progressivement remplacé le monde réel car les gens finissent par y vivre constamment (ils y jouent, travaillent, font des achats de biens virtuels ou réels …comme des repas commandé dans l’OASIS et livré directement dans le monde réel).

Ce livre va raconter la compétition, que l’on suit sous le point de vue d’un jeune homme de 18 ans, que vont se livrer les joueurs afin de devenir l’héritier de James Halliday en finissant la quête qu’il a lui-même mise en place à sa mort.

 

L’histoire : « Dans le futur, les Etats-Unis sont presque devenus un pays du tiers monde. Les guerres causées par la disparition des énergies fossiles ont laissé la planète dans un sale état. Alors les gens s’évadent dans l’OASIS, une plateforme mélangeant réseau social et jeu multijoueur. A la mort de James Halliday, le créateur du réseau, celui-ci a révélé avoir caché une quête au sein de l’OASIS. Celui qui la trouvera et la réussira deviendra son seul héritier. »

 

J’aime d’abord ce livre car l’histoire, notamment pour un fan de jeux vidéo, est vraiment bien et on sent vraiment que l’on est dans un jeu, le livre en reprend beaucoup de codes. Les personnages ne sont pas manichéens et loin d’être parfaits ou lisses (on a parfois vraiment envie de gifler le personnage principal).

Il peut s’avérer un peu déprimant en évoquant un avenir de l’humanité assez sombre et par le fait que plus personne n’ait d’interaction sauf à travers un jeu vidéo (une description du futur qui nous attend, on peut se le demander ?).

Le seul défaut que je lui trouve est le personnage de Sorrento qui semble trop méchant pour être réelle (il est globalement assez sans nuances dans le livre aussi bien que dans le film ; d’ailleurs le thème de la méga corporation qui veut asservir les gens est vraiment un cliché de la science-fiction …parfois un peu usé jusqu’à la corde).

Cet ouvrage est aussi un condensé de pop culture, on va y trouver des références à de vieux jeux (pac man, aventure …), de vieilles série ainsi qu’aux jeux de rôles (avec une super référence à donjon et dragon)… . Il est d’ailleurs assez drôle de chasser les références dans le livre (je pense qu’il faut être un peu geek pour tout comprendre).

 

 

Le film

Concernant le film, Spielberg signe un bon film respectant en substance l’œuvre originale avec cependant de grandes modifications.

J’ai bien apprécié ce film mais, comme de nombreux lecteurs bien souvent, j’ai largement préféré le livre !

Les vieilles références ont été retirées (wargame, joust …pour ne citer que celles-ci, avec parfois justes quelques clins d’œil en terme d’easter egg pour les gens qui ont lu le livre …, ainsi que pour les références à ludus, la borne de joust qui apparait chez les méchants par exemple).

Les personnages se veulent moins détaillés : Shoto, Daito et Aech y sont moins importants et ont moins de personnalité.

La quête se veut moins complexe (nécessaire pour faire tenir le film dans un format acceptable …quoique certains fassent 3 films d’un livre de 200 pages …). Le débordement d’action et la course-poursuite dans le monde réel n’étaient cependant pas nécessaires et je ne comprends pas ce cela  apporte au film (peut-être faire ressentir le danger que court les personnages  dans le monde réel …mais cela est mieux traité dans le livre sans une profusion de cascades).

Le personnage de mercenaire de I-rock qui n’est pas présent dans le livre et n’apporte finalement pas grand-chose à l’intrigue, il n’est même pas un grand antagoniste (et la façon dont il termine restera oubliable).

Ce qui reste cependant très agréable c’est la présence de tous les personnages et références cachées ou non (le géant de fer, king kong mais aussi tracer de overwartch ou encore les tortues ninja ou marvin le martien des looney tunes).

Laisser un message, un avis ...

*Ne sera pas publié

Une réponse pour “ Ready player one – Ernest Cline [LE LIVRE & LE FILM] ”

  1. Hello! Moi aussi j’ai lu le livre et vu le film et sans surprise j’ai préféré le bouquin 😉
    J’ai trouvé dommage que les personnages secondaires soient plus effacés et surtout je n’ai pas compris certains changements dans l’intrigues (les épreuves et surtout l’histoire avec Art3mis…)