La passe-miroir – Christelle Dabos [Tomes 1 et 2]

Cette semaine, je vais vous parler du tome 1 et du tome 2 de La passe-miroir.

Pourquoi traiter les deux livres dans une seule critique ?, je vous l’expliquerai plus loin.

Nous allons donc sur deux tomes suivre les aventures d’Ophélie, animiste (elle a le pouvoir d’animer certains objets, en plus de lire leur passé et aussi de traverser les miroirs), promise par sa famille à thorn un homme de l’arche du pole. Les personnages vivent dans des arches (on comprend qu’il y a eu une catastrophe sur ce que l’on devine être notre monde) sorte de mini planète flottant dans les airs et gouvernée par un esprit de famille immortel (sorte de divinité incarnée). Les habitants des arches sont donc tous les descendants de ces esprits de famille (du moins les personnages comme Ophélie ayant des pouvoirs). On va donc suivre Ophélie dans les intrigues de la cour du pole et ce qu’elle va découvrir va largement la dépasser.

 

Quatrième de couverture du tome 1* :

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »

(* la quatrième de couverture du tome 2 faisant référence à des éléments du 1, je ne le mettrai pas ici).

 

Alors pourquoi chroniquer les deux tomes, car pour moi ils sont un unique livre. Je dois avouer que le tome 1 m’a laissé une impression assez bizarre, car pour moi il ne se passe pas grand chose, c’est une longue introduction pour mettre en place le tome 2 . On a vraiment l’impression d’un seul livre coupé en deux.

Le tome 2 voit l’action décoller et rendre le récit vraiment intéressant.

Ce qui m’a plu dans ce livre est quelque chose qu’on retrouve aussi dans Le nom du vent, c’est ce sentiment d’histoire oubliée, presque effacée, qu’on ressent pendant la lecture, ….histoire qu’il ne faut surtout pas rouvrir. Cette thématique est conductrice du tome 2. L’enchainement des évènements du tome 2 le rend vraiment passionnant.

 

Je vous conseille donc ce livre et surtout de ne pas vous arrêter au tome 1, vous passerez à coté de quelque chose de très intéressant.

Laisser un message, un avis ...

*Ne sera pas publié