La mer en hiver – Susanna Kearsley

Coup de cœur pour ce roman original et amusant !

Son originalité se trouve dans sa façon de nous narrer deux histoires en une : celle de la protagonisteauteure de romans historiques venue séjourner en Écosse afin de s’inspirer pour l’écriture de son prochain roman – et celle que ce personnage est en train d’écrire.

Si vous avez déjà lu Le maitre et marguerite, roman que j’ai beaucoup apprécié, on retrouve justement ce même concept. Je n’avais cependant pas aimé cet aspect-là, je n’y voyais pas d’intérêt, les passages de l’histoire que l’écrivain est en train d’écrire arrivent comme un cheveu sur la soupe … je ne voyais clairement pas ce que cela venait faire là.

Dans ce roman, au contraire, le basculement entre les deux histoires est fluide. Si on préfère au départ l’histoire principale, l’histoire du roman dans le roman – j’espère que vous ne vous y perdez pas – prends de plus en plus de place au point que l’on finit aussi par s’attacher à ses personnages.

Mais l’originalité de ce roman ne s’arrête pas à cet aspect-là ! Cette écrivaine – l’héroïne – a décidé pour son prochain roman historique d’y inclure l’une de ses ancêtres ; par quel moyen elle arrive à nous narrer la vie de cet ancêtre (je ne vous en révèlerai pas plus) sort également de l’ordinaire et ajoute une pointe de merveilleux au roman.

Ce qui est également plaisant avec ce roman, c’est de suivre comment un écrivain se renseigne, s’inspire … pour écrire.

Sans oublier tout le décor de l’histoire ; en amoureuse de l’Écosse et des paysages nature, j’étais ravie d’être plongée dans cette atmosphère brumeuse, ses paysages splendides, ses vieux châteaux …. .

Autre point qui ajoute de la valeur à ce roman, si l’histoire est romancée, l’auteur nous indique à la fin que la majorité des éléments du roman dans le roman est tirée de l’Histoire de l’Écosse.

Quatrième de couverture :

« Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne. Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé. »

 

Je vous recommande donc vivement ce roman que j’ai adoré ;
c’est aussi drôle par moments, les personnages ont tous leur charme, c’est bien écrit … puis la fin est si bien trouvée et menée !

Laisser un message, un avis ...

*Ne sera pas publié