Neverland – Timothée de Fombelle

Quatrième de couverture :

«La chambre de mes grands-parents était la tour de contrôle de notre univers. Mais ni le tapis épais, ni les tiroirs remplis de trésors, ni même cette minuscule télévision couleur installée là un jour de folie moderne, rien de cela n’était l’essentiel du rayonnement de la chambre du premier étage. Ce qui faisait battre notre cœur en y entrant, c’était nos grands-parents et la manière qu’ils avaient de nous en ouvrir les portes.» Neverland est un retour au pays d’enfance, un irrésistible voyage vers ces hauts territoires perdus que nous portons tous en nous.

Si l’ouvrage se veut autobiographique, il s’agit surtout d’une belle ode à l’enfance et plus particulièrement à l’imaginaire.

L’auteur puise dans ses souvenirs d’enfance – qui était apparemment joyeuse – pour nous conter la légèreté de ces années, comment nous n’avions alors pas peur de l’ennui – au contraire – ni de créer tout un tas d’univers … .

Il nous invite ainsi à ne pas perdre notre âme d’enfant et notre pouvoir d’imagination, source de bonheur et d’une multitude de possibilités.

« Je n’ai jamais essayé de retenir l’enfance ou de m’y attarder. J’ai simplement voulu faire grandir l’enfant en moi, le faire progresser, en le gardant vivant. Car, malgré les promesses que me faisaient ce nouveau monde, le pays adulte, il y avait quelque chose que je n’abandonnerait pas : l’envie d’inventer et de créer. C’était un serment. Je ne renoncerais pas à l’imaginaire. »

Au delà du fond, c’est vraiment très bien écrit, sa plume est un régal à lire. Cette ode – qui se lit comme un roman – est constituée, d’un bout à l’autre de l’œuvre, d’une multitude de métaphores.

C’est également un bel hommage à sa famille, notamment à ses grands-parents, qui lui ont permis d’avoir une telle enfance lui donnant ainsi la possibilité de laisser libre cours à son imagination et à sa créativité, dont évidemment son envie d’écrire des histoires.

Laisser un message, un avis ...

*Ne sera pas publié

Une réponse pour “ Neverland – Timothée de Fombelle ”

  1. Très envie de le lire