Dune – Frank Herbert

Aujourd’hui, je vais critiquer un monument de la science-fiction, en effet l’ouvrage dont je vais vous parler fait partie des grands classiques de la science-fiction au même titre que les romans d’Isaac Asimov.

Quatrième de couverture :

« Il n’y a pas, dans tout l’Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse: l’épice de longue vie, née du désert, et que tout l’univers achète à n’importe quel prix. Richesse très convoitée : quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi mystique. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et qui, à la tête des commandos de la mort, changera le cours de l’histoire.
Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique ; elles veulent créer un homme qui concrétisera tous les dons latents de l’espèce. Tout est fécond dans ce programme, y compris ses défaillances.
Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l’Empire?
 »

Je dois dire que j’avais un peu un a priori sur ce livre ayant vu le film (je n’en ferais pas la critique car cela remonte à il y a plusieurs années maintenant).

Sur le style, le livre est assez bien écrit et l’histoire assez prenante rapidement. L’auteur a le mérite de nous accrocher très rapidement avec son histoire. Je trouve qu’il a un style très facile à lire (le style étant très important pour moi car une écriture laborieuse me fait rapidement décrocher) . 

Les personnages décrits ont de la profondeur, il n’y a pas vraiment de grands gentils ou de grands méchants (sauf quelques exceptions), mais chaque personnage a pour moi une dimension humaine.

L’univers dans ce premier roman a des choses intéressantes mais aussi quelques faiblesses. Quelques points négatifs tout d’abord. La grande difficulté est pour moi que l’univers et l’auteur ne vous prennent pas par la main pour comprendre les implications profondes de certains enjeux (le fait que l’épice est vitale pour le voyage dans l’espace n’est pas vraiment expliqué dans le livre, il s’agit d’un sous-entendu ….du même on ne vous expliquera jamais concrètement ce qu’est le Bene Gesserit …), pour certains cela peut se révéler source de frustration.

Maintenant, ce qui fait le charme de ce livre c’est la capacité de l’auteur à faire de la science-fiction quelque chose d’original. En effet nous sommes loin des spaces-opéra classique où le voyage dans l’espace est une chose facile et où la technologie a apporté l’émancipation des hommes. Ici l’auteur décrit un monde féodal, mélange entre moyen-âge (je préférais même dire renaissance car il y a son lot d’intrigues et d’assassinats) et technologie. Il y décrit un monde où les planètes sont dirigées par des Ducs, des comtes ect dans un vaste empire des étoiles et où les masses sont opprimées, traitées comme des serfs.  Ce mélange a le mérite d’être assez original pour être accrocheur et proposer une vision novatrice de la science-fiction.

En bref, un livre que je recommande chaudement même si celui-ci s’adresse à des lecteurs n’ayant pas peur qu’on ne les prennent pas par la main pour rentrer dans l’univers de l’auteur.

Laisser un message, un avis ...

*Ne sera pas publié